Le Blog d' Ezlearn Conseil

8 trucs pour écrire un script de voix-off pédagogique

Structurer votre récit de façon simple et efficace

Plus l’apprenant identifie et comprend rapidement l’objectif de la vidéo ou du podcast qu’il écoute, mieux il mémorise et continue d’écouter ! Voici une écriture simple, qui a fait ses preuves : introduction, contenu et résumé ou « je dis pourquoi »,  « j’explique » et « je redis ».

Après une brève introduction qui peut être une réponse à la question « pourquoi je fais cette vidéo ? », présentez les points abordés et une conclusion proposant une reprise des points clés à mémoriser.

Limiter la durée en segmentant

Les capacités de traitement de l’information par les canaux auditifs et visuels sont limitées. En effet la mémoire de travail est très courte (20 secondes environ). L'enjeu est le transfert des informations dans la mémoire à long terme. Il est préférable de segmenter le podcast ou la vidéo, en plusieurs autres. Préférez une durée comprise entre 3 et 5 minutes.

Réduire le superflu

C’est la partie la plus difficile pour l’expert : se freiner et modérer ses apports cognitifs.

Laissez respirer l’apprenant ! Il faut lui laisser le temps de traiter l’information. La quantité d’informations doit être modérée surtout si le contenu est nouveau ou complexe, sous peine de surcharge cognitive.

Réduire le superflu permet aussi à l’auditeur de ne pas s’éparpiller. Le formateur ou le réalisateur d’une vidéo guide vers l’essentiel, vers ce qui doit être retenu.

Rayez les éléments non pertinents pour ne conserver que l’essentiel.

Utiliser un langage simple et concis

Les phrases courtes sont plus aisées à énoncer, à écouter et à mémoriser. Lisez votre script à voix haute. Si vous avez des difficultés à le lire, essayez en changeant le vocabulaire, l'ordre des mots ou la longueur des phrases.

Le langage doit être simple. Proscrivez le jargon qui perturbe et disperse l’intérêt. Si des termes techniques sont indispensables, il faut les définir et peut-être parfois, envisager un apprentissage préalable. N’hésitez pas à entraîner aux mots clés afin de familiariser le spectateur-apprenant avant d’aborder un concept complexe. Il vaut mieux utiliser un vocabulaire courant mais précis, ne prêtant pas à l’ambiguïté ou à des interprétations multiples.

Vous pouvez alterner le rythme des phrases : une série de phrases longue mêlée à une phrase courte permet à la voix de moduler et de varier ses intonations.

Employer un style conversationnel

La narration au présent est plus efficace.

Le style de narration formel, comme par exemple, celui du spécialiste durant une conférence est généralement moins apprécié que le style conversationnel. Ce style plus direct permet de créer un lien social entre narrateur et auditeur. Il renforce le sentiment de proximité.

Musique et effets sonores : avec parcimonie

Les transitions peuvent marquées par une virgule ou un élément sonore humoristique. La musique apporte une dimension émotionnelle mais ne doit pas disperser l’attention. Je vous conseille d 'éviter de la superposer à la voix car cela nuit à l’intelligibilité.

La musique peut aussi indiquer un moment récurrent comme par exemple quelques notes qui annoncent toujours la fin de la vidéo ou l’objectif de la vidéo.

Eviter la redondance

Si vous écrivez pour une vidéo, évitez d’associer du texte à l’écran avec un récit reprenant les même mots car le spectateur finit par se désintéresser. La voix apporte des indices ou des compléments d’informations synchrones au visuel mais n’est pas redondante au visuel.

Par contre, répéter l’information importante à des intervalles de temps espacés et de façon diverses (reformuler) permet de varier les représentations mentales et surtout de fixer la notion en mémoire.

Préférez une voix humaine

Selon les études de RE Mayer, 2014, Les étudiants non seulement préfèrent mais aussi apprennent mieux avec une voix humaine plutôt qu’avec une voix synthétique.

J’ai testé un logiciel en ligne Murf qui propose des voix de synthèse. La voix humaine laisse imaginer que nous sommes en relation directe avec le spécialiste du contenu. Elle véhicule des émotions. Elle permet de ressentir un effet d’interaction entre humains et renforce la motivation et l’engagement.

L’essentiel des éléments de ce billet sont issus des travaux de R.E. Mayer, psychologue et chercheur en sciences de l'apprentissage à l'Université de Santa Barbara. Il s’intéresse à l’apprentissage avec le multimédia. Ces travaux figurent dans Le Multimédia Learning Handbook[1].

Robotiser la voix

Revue des voix proposées

L'application propose plus de 20 langues mais aujourd’hui, il y a peu de voix françaises et certaines sont réservées aux abonnés pro. Vous pouvez choisir entre une voix de femme ou d’homme.

Un choix d’âge est proposé (jeune ou âge moyen), notez qu'il n’y a pas de voix « mature »… Il n’existe pas de proposition de registres de voix ou de tessitures vocales (basse, soprano, alto…).

Abonnements

Il y a quatre abonnements free, basic, pro et entreprise avec des prix s’étalant de 0 à 167 $ par mois pour un abonnement mensuel.

La version gratuite permet de partager un fichier audio mais pas de l’exporter.

Une ergonomie efficace

L’interface est très intuitive, pas besoin de trop chercher pour importer son texte (format txt). Le menu d’icônes, à gauche, permet de choisir une voix, une langue, d’ajouter une vidéo.

L’outil vous propose de découper votre texte en phrases ou en paragraphes. Ce qui vous permet ensuite de choisir votre locuteur ou voix-off pour l’ensemble du texte ou si vous avez des dialogues, comme dans mon exemple, plus bas, d’alterner entre plusieurs voix que vous sélectionnez selon les paragraphes ou phrases.

Au bas de d’écran, sur la timeline (ligne de temps) vous pouvez déplacer le bloc ou segment (phrases ou paragraphes), ajouter une vidéo, une image ou de la musique.

Vous pouvez écouter chaque segment séparément et changer deux réglages : le pitch et la vitesse mais à utiliser avec précautions car ils dénaturent beaucoup la voix.

Il est possible d’ajouter une pause au milieu du segment. Et de les ré-agencer très facilement.

Voice Changer : cet outil permet de charger un fichier audio ou vidéo pour changer la voix sans écrire le texte. (L’interprétation des mots et phrases sera à bien vérifier tout de même).

Ajouter une musique

Un gros stock de musique au mètre est disponible avec une grande variété de styles

Les exportations de fichier

Bonne nouvelle, l’export de fichiers de sous titre SRT est offert en version free.

Ensuite il faudra payer pour les autres téléchargements.

Un export en vidéo est proposé en mp4 ou en mov.

L’export audio est possible par segment (phrase ou paragraphe) ou pour l'ensemble du document. Vous pouvez choisir différentes qualités :haute qualité à la fréquence de 48 kHz et 16 bits ou très basse et différents formats : MP3, WAV ou FLAC

Comparaison entre voix humaine et voix de synthèse

Ecoutez la différence entre nos voix humaines, ici celle de François Jonquières, la mienne versus la voix de synthèse de Victor M (middle aged) et Renée F (young adult).

Lien vers le fichier sur l'application Murf avec des voix robotisées

https://murf.ai/share/la7yldt8

Le fichier original avec des voix humaines

No comment !

Text to Speech ou comédien ?

Certes les progrès sont indéniables mais on est encore loin de la voix du comédien qui interprète son texte selon vos indications et transmet des émotions à ses auditeurs.

En formation, entendre la voix de son formateur donne un sentiment de proximité et rassure quant à sa présence même si elle n’est que virtuelle. Une formation à distance doit inclure du tutorat ou un accompagnement synchrone sans quoi l’apprenant se sentira abandonné. La voix synthétique me donne le même sentiment d’abandon ou d’impuissance que lorsqu’on est face à un répondeur qui ne propose pas de réponse à votre besoin.

Il y a tout de même des fonctions intéressantes comme l’export de fichier sous-titres ou l’export de voix par phrase ou paragraphe.

Si vous voulez tester : https://murf.ai

Le son comme passion

Un storytelling de ma passion pour le son !

Préoccupations d'ado

La passion du son et la suspension.

Enregistrements disco et tarentules

Aimer sa voix

« La voix humaine est le plus beau de tous les instruments, le plus émouvant… »

Anna Gavalda, Ensemble, c'est tout (2004)

Vous ne reconnaissez pas votre voix sur les enregistrements?

C’est normal, lorsque vous parlez vous entendez votre voix émise dans l’air ET votre voix intérieure. Elle est transmise par le système osseux de votre tête, à votre cerveau. (il existe d’ailleurs des casques à conduction osseuse. Ils délivrent le son via les os du crâne, au lieu des tympans). 

Lorsque vous écoutez l’enregistrement de votre voix, en écoute aérienne (versus au casque) vous entendez le son que tout le monde entend, sans la conduction osseuse. C’est pourquoi,  vous ne reconnaissez plus votre voix. Question d’habitude. A force d’entendre votre voix, de faire des essais, de les écouter, vous vous habituez à votre voix aérienne.

Un enregistrement et une restitution de la voix, effectués avec un minimum de précaution, valorise la personne, rapproche l’auditeur de son locuteur.  Plus authentique pour l’auditeur, elle permet de lui envoyer un message individuel. Enregistrer votre voix, est une occasion de communiquer autrement avec vos apprenants, clients, fans...

Vous n’aimez pas votre voix?

Les raisons sont plurielles. Voici quelques pistes pour vous aider.

A commencer par le texte que vous lisez. Peut-être qu’il ne vous correspond pas, n’hésitez pas à le réécrire pour l’adapter à votre sensibilité. Certains mots ou succession de mots sont trop difficiles à prononcer ou ne sonnent pas bien. Il suffit parfois de modifier l’ordre des mots dans la phrase. 

Pour l’auditeur, votre voix représente votre personnalité et votre état émotionnel. Réécoutez là à froid et demandez-vous ce qu’elle exprime, quelle émotion? tristesse ou joie, sérénité ou colère? Puis cherchez l’émotion que vous voulez laisser apparaître et ré-enregistrez. Si vous êtes fatigué, reportez votre session d'enregistrement.

Écoutez la radio, des podcasts et cherchez quelques modèles qui vous plaisent. Écoutez bien la musicalité et tentez de copier une intonation, un rythme, une locution… Pour ma part je suis fan des voix “FIP”, sensuelles qui vous parlent à l’oreille style de vous à moi.

Vous pouvez aussi faire appel à un-e orthophoniste pour corriger les défauts que vous jugez trop importants ou pour améliorer votre voix. 

Dernier truc: une app pour téléphone mobile développée par la MGEN en collaboration avec la Fédération Nationale des Orthophonistes (FNO) et l'Institut de Recherche et de Coordination Acoustique/Musique (IRCAM. Très pratique, à utiliser quotidiennement. Vous définissez votre tessiture puis la prosodie de votre voix et l’app vous propose des exercices quotidiens. vocal’iz, le coach vocal. https://www.mgen.fr/vocaliz/

Le choix d'un thème accessible sur un LMS

Fonction accessibilité

Lorsqu'on explore les thèmes disponibles sur la plateforme de formation LMS[3] Moodle, on peut y passer la journée. A la recherche d'un thème simple à mettre en oeuvre et présentant des fonctions d'accessibilité, j'ai découvert le thème Moove créé par un brésilien : Willian Mano.

Moove est un thème très simple qui propose un habillage de la plateforme à ses couleurs et sans fioritures. L'apprenant se repère facilement parmi les modules de la plateforme et peut se focaliser sur ses apprentissages.

Si vous cherchez des fonctions d'accessibilité Moove est le seul thème qui propose dès la page de connexion, à tout utilisateur un outil pour choisir la couleur et le contraste de son interface ainsi qu'une police de caractère DYS.

Personnellement , j'ai sélectionné cette police de caractère DYS et je la préfère aux autres car elle est vraiment plus agréable à lire.

Petit détail supplémentaire : tout ceci existe dès la version gratuite.

Sélection de la fonction accessibilité sur l'interface de la plateforme d'apprentissage ou LMS avec le thème Moove.